LES GRENIERS A SEL ET LA GABELLE

Par Francis CAHUZAC et collaborateurs

Dernière mise à jour : 18-06-2015


De Louis IX à Philippe Le Bel, la gabelle, mot dérivé de l'arabe qui veut dire taxe, était une sorte de TVA que l'on payait sur certaines marchandises (draps, vins...). Mais en 1341, Philippe VI de Valois décréta que ce serait désormais au sel en particulier d'être taxé, et pour y parvenir, il dût faire contrôler tout le commerce de cette substance sur le royaume, ce qui ne fut pas une mince affaire. Cette mesure fut prise notamment pour renflouer les caisses du royaume, qui en avaient bien besoin alors que la guerre de Cent ans venait de commencer...
La précieuse denrée, constituée donc principalement de sel (NaCl pour les chimistes), faisait l'objet de stockage bien surveillés dans des greniers royaux, dont peu subsistent à l'heure actuelle. On imagine mal de nos jours l'utilité d'un tel dispositif, bien que la taxe sur le sel ne disparut réellement qu'en 1946.

On distinguait :

- Les provinces de Grande gabelle : comprenant principalement le Bassin parisien, où presque tout le monde avait droit à cette taxe, à l'exception de certains privilégiés bénéficiaires du franc salé,
- Les provinces de Petite-gabelle : vallée du Rhône, Languedoc-Roussillon et Provence,
- Le Pays de Quart-Bouillon : région du Cotentin, ainsi nommée car on faisait bouillir un mélange sableux pour en extraire le sel,
- Les Pays de Salins : Franche-Comté, Alsace et Lorraine, qui étaient les producteurs naturels de sel gemme,
- Quelques zones franches : Boulonnais, Hainault, Flandres, Artois, Béarn, Navarre et surtout la Bretagne où le sel était abondant et les greniers rares.
Il faut préciser qu'en pays de Grande-gabelle on était tenu d'acheter son quota d'un minot (100 kgs) de sel par an et par famille.
La Contrebande du sel, intense aux confins de la Bretagne était punie des galères ou de la peine de mort. Très inégal selon les régions, cet impôt, certainement le plus détesté, fut aboli en 1790.

Après ce bref historique, faisons le tour que quelques greniers à sel ayant survécu miraculeusement jusqu'à nos jours.


QUELQUES GRENIERS A SEL


Laon
02000
Sancerre
18000
Châtillon
-Coligny
45230
La Charité
-sur-Loire
58400
Compiègne
60200
La Ferté-
Bernard
72400
La Bouille
76530
Mériel
95630
Decize
58300
La Charité
-sur-Loire
58400
La Bouille
76530
Montereau-
Fault-Yonne
77130
St-Valery-
sur-Somme
80230
Avallon
89200
Dourdan
91410


RETOUR CFPPHR


Inventaire des greniers à sel - C.F.P.P.H.R. © 2015 - villedenevers@free.fr