Inventaire des mégalithes, polissoirs
et hypogées en France

Par Francis CAHUZAC et collaborateurs

Dernière mise à jour : 16-07-2017


Dolmen de Coste Rouge
Soumont 34700
Dolmen de la Pierre Levée
Janville-sur-Juine 91510

Le terme "mégalithe" englobe au sens large toute pierre d'un volume respectable que l'homme préhistorique a utilisé, soit pour ériger des monuments tels les fameux dolmens ou menhirs, mais aussi pour tailler ses outils (polissoirs) ou encore exercer ses talents de graveur ou sculpteur.
Contrairement aux cavernes, les mégalithes ont très souvent eu l'occasion d'être déplacés, et parfois même de fort loin. Ce qui n'empêche pas en plus de trouver de temps à autre sur leur flancs diverses manifestations d'un art que l'on dit pariétal (cf. déesses funéraires).
Si l'on reconnaît aujourd'hui à l'unanimité la vocation funéraire des dolmens (on dit allée couverte quand il y a au moins deux dalles de couverture), les menhirs quant à eux continuent de conserver une grande partie de leur secret.
Au Moyen Age, ces monolithes furent bannis en raison des cultes hérétiques qu'ils pouvaient engendrer et développer, et l'on doit à cette période de christianisme intense un bon nombre de destructions, renversements, ensevelissements, mais aussi de conversions, telle que les menhirs retaillés en croix ou avec ce symbole religieux ajouté à leur chef.
Les dolmens également ont pu servir jusqu'à une époque relativement récente, puisque certaines fouilles ont livré des squelettes de l'époque gallo-romaine.
En tous les cas, le phénomène mégalithique ne dépasse pas l'âge du bronze, c'est à dire que sous nos latitudes aucun dolmen ni menhir n'a été érigé après le IIe millénaire avant notre ère.
Quant aux polissoirs, ils ont perduré bien après l'âge des métaux et sévissent encore, telle la vieille margelle de puits public en grès usée à force d'aiguiser les couteaux des villageois.
Notre inventaire inclura également les hypogées qui sont en fait des manifestations particulières de l'art funéraire. Une cavité naturelle a été utilisée pour y glisser les défunts, ou bien la chambre sépulcrale a été entièrement creusée dans la roche (Coizard-Joches). Parfois même il y eut la combinaison mégalithe-hypogée comme le montre le site du Trou à Morts de Parmain. Cet endroit, malheureusement assez dégradé aujourd'hui présentait une allée couverte dont la partie terminale était creusée dans une cavité plus ou moins naturelle.
Toute cette architecture très classique du Néolithique final (civilisation Seine-Oise-Marne) se caractérise aussi par la présence d'une dalle dite liminaire, munie d'un trou subcirculaire par où l'on rentrait les morts, et que l'on refermait avec un bouchon de pierre après chaque inhumation.

Menhir de la
Grande Borne
Clermont-Ferrand
63000
Menhir de la
Pierre Cornoise
Thoury-Ferottes
77156
Menhir de la
Pierre Plantée
Saint-Gervais-sur-Mare
34610


Départements recensés



02
AISNE
03
ALLIER
05
HAUTES-ALPES
10
AUBE
11
AUDE
12
AVEYRON
14
CALVADOS
16
CHARENTE
17
CHARENTE-
MARITIME
18
CHER
20
CORSE
22
COTES-DU
-NORD
23
CREUSE
27
EURE
28
EURE-ET-LOIR
29
FINISTERE
33
GIRONDE
34
HERAULT
35
ILLE-ET
-VILAINE
36
INDRE
37
INDRE-
ET-LOIRE
42
LOIRE
44
LOIRE-
ATLANTIQUE
45
LOIRET
49
MAINE-ET
-LOIRE
51
MARNE
52
HAUTE-MARNE
53
MAYENNE
55
MEUSE
56
MORBIHAN
58
NIEVRE
60
OISE
61
ORNE
62
PAS-DE-CALAIS
63
PUY-DE-DOME
66
PYRENEES-
ORIENTALES
71
SAONE-ET
-LOIRE
72
SARTHE
76
SEINE-
MARITIME
77
SEINE-ET
-MARNE
78
YVELINES
79
DEUX-SEVRES
80
SOMME
81
TARN
85
VENDEE
86
VIENNE
87
HAUTE-VIENNE
89
YONNE
91
ESSONNE
92
HAUTS-DE
-SEINE
94
VAL-DE-MARNE
95
VAL-D'OISE


LES FAUX MEGALITHES                 RETOUR CFPPHR


Inventaire des mégalithes - C.F.P.P.H.R. © 2017 - villedenevers@free.fr